Douleur de croissance ou cancer

Douleur de croissance ou cancer ?

child with cancer

Un enfant meurt d’un cancer confondu avec une douleur de croissance.

Cancer, enfant… Ces deux mots reflètent une injustice du destin…

En France, chaque année, près de 2 500 nouveaux cas de cancers sont recensés chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans, dont moins de 100 cas sont des tumeurs des os, recouvrant l’ostéosarcome (50 %), le chondrosarcome, le sarcome d’Ewing (35 %)…

On en parle très peu, afin de ne pas alerter inutilement les parents, car cela reste très rare. Si vous cherchez sur Google « cancer pédiatrique des os », vous trouverez plus d’infos.

En Angleterre, on se souvient qu’il y a quelques années, un pédiatre avait confondu un tel cancer avec une douleur de croissance. L’enfant avait été traité trop tard, et il n’a pas survécu.

Au Mexique aussi, dernièrement,  un enfant est mort d’un cancer diagnostiqué trop tard, car confondu initialement avec des douleurs de croissance.

Dans la ville de Mexico, capitale du Mexique, un enfant de 4 ans se plaignait de douleurs aux jambes. Sa mère, un peu inquiète, prit rendez-vous avec son pédiatre.

De toute apparence, selon les symptômes rapportés par la maman, le pédiatre, rassurant, diagnostiqua une simple douleur de croissance et conseilla aux parents de faire simplement des massages en attendant que cela se passe à l’adolescence.

Le gamin, en effet, pratiquait souvent du sport, et les douleurs survenaient surtout la nuit après une pratique intense d’activité physique ou sportive : bref, cela paraissait un cas classique de douleurs de croissance, et le pédiatre n’a pas cherché plus loin.

Les mois passèrent et les douleurs devinrent insupportables, au point que la maman se résolut à consulter un deuxième pédiatre, et lui expliqua que la situation empirait.

Celui-ci fit des examens complémentaires, et diagnostiqua un cancer, qui, hélas, avait déjà gagné le foie et d’autres organes. En quelques mois, l’enfant est décédé. Si le cancer avait été détecté plus tôt, il y a de fortes chances que les médecins auraient pu le guérir.

Moralité : si votre enfant se plaint de douleurs dans les jambes, surtout après une journée où il a beaucoup couru ou fait de sport ou autres activités physiques, il y a plus de 95% de chances qu’il s’agit de douleurs de croissance.

Dans moins de 5% des cas, il peut s’agir d’un problème rhumatologique ou autre, et dans des cas heureusement très rares (moins de 0,1% des cas), d’un cancer. Mais pas de panique, c’est très rare.

Astuce à partager :
Comment voir la différence entre une douleur de croissance et une tumeur cancéreuse ?

Cette astuce est importante à connaître. Partagez-la avec vos amis qui ont des jeunes en enfants :

> si l’enfant se plaint d’une douleur que même le médecin peut suspecter d’être une douleur de croissance, vérifiez si l’enfant se plaint d’une douleur tours à la même jambe, ou bien cela peut être un jour la gauche, ou un jour la droite… Dans ce cas, si la douleur change parfois de jambe, vous pouvez exclure définitivement la possibilité d’une tumeur.

Par contre, si l’enfant ressent toujours les douleurs à la même jambe, signalez-le au pédiâtre en insistant pour qu’il fasse des examens sanguins pour vérifier.

Soyez rassuré, il y a de très très fortes chances pour que cela ne soit que de simples douleurs de croissance.

NOUVEAU :

Dites adieu aux douleurs de croissance de votre enfant en 1 jour !
(Sans médicaments)

En savoir plus sur le traitement naturel des douleurs de croissance