Douleurs de croissance ou maladie de Osgood Schlatter

Douleurs de croissance ou maladie d’Osgood-Schlatter ?

Nous allons vous expliquer comment différencier des douleurs de croissance (qui affecte 15% des enfants entre 3 et 14 ans) d’une maladie d’Osgood-Schlatter (qui affecte 20% des enfants sportif et 5% des non-sportifs entre 10 et 15 ans), car ce sont deux choses totalement différentes, l’une étant un problème musculaire, l’autre étant un problème osseux.

douleurs-de-croissance-osgood-schlatter

Avant tout, si ce sont des douleurs de croissance, vous pouvez y mettre fin en un jour en neutralisant localement l’électricité statique du corps (voyez comment éliminer les douleurs de croissance),  et l’enfant peut continuer à pratiquer du sport. Au contraire, si c’est la maladie d’Osgood-Schlaffer,  il est impératif d’arrêter immédiatement le sport.

La maladie d’Osgood-Schlatter est une maladie qui affecte la base antérieure du genou, parfois des deux genoux dans 30% des cas. Il s’agit d’une apophysose ou « ostéochondrose tibiale antérieure ».

Le tableau ci-dessous vous explique clairement les différences entre ces deux problèmes.

comparaison-douleur-de-croissance-osgood-schlaffer

Elle concerne environ 20% des enfants sportifs les enfants sportifs, et 5% des enfants non sportifs, et survient le plus souvent entre 12 et 15 ans, voire parfois dès l’âge de 8 ou 9 ans. Dans la plupart des cas, ce sont les garçons qui en souffrent, rarement les filles (sauf les danseuses qui peuvent parfois aussi être affectées). Les jeunes footballeurs, jeunes danseurs (cercle circassien) et artistes de cirque,… sont particulièrement exposés à ce trouble, à cause des des tractions musculo-tendineuses répétées par la pratique d’un geste en extension.

Une fois qu’on a constaté que l’enfant boîte après le sport, l’examen clinique du médecin du sport par la palpation est suffisant pour poser le diagnostic, et dispense généralement de faire une radiographie, surtout si les douleurs sont bilatérales. En cas de douleurs sont unilatérales, elle montrerait un soulèvement de la tubérosité tibiale antérieure avec élargissement de son cartilage de croissance, voire une TTA fragmentée et parfois des calcifications dans le ligament rotulien.

Evolution.

La maladie d’Osgood-Schlatter est bénigne, et dans plus de 90% des cas ne laisse pas de séquelle après l’arrêt de l’activité sportive. Avec l’arrêt total du sport, la guérison se fait généralement en quelques mois, voir un ou deux ans ou jusqu’à la fin de la puberté.

Traitement.

L’arrêt complet de l’activité physique est impératif, sous peine d’aggraver la situation et le temps de guérison.
Le port d’une genouillère ou d’une orthèse End-Osgood est fortement recommandé pour limiter les efforts du tendon rotulien sur la TTA, et réduire la douleur du genou, même au repos.

Une fois la douleur disparue, il convient de consulter le médecin du sport avant de reprendre les activités sportives. Et il faudra toujours insister sur l’échauffement et les étirements avant l’effort.

Si des anti-inflammatoires et des antalgiques sont parfois prescrits, ils n’autorisent toutefois pas la reprise du sport.

La kinésithérapie peut être prescrite, afin d’étirer et assouplir les muscles.

En cas de pied plat ou un pied valgus, des semelles spéciales peuvent être prescrites par un podologue pour limiter les tensions que du tendon sous-rotulien sur la tubérosité tibiale antérieure.

Un traitement chirurgical est rarement envisagé.

Eliminez les douleurs de croissance en 1 jour !
On connaît enfin la cause du déclenchement
de ces douleurs, et leur traitement !
Montrez cette vidéo à votre pédiatre.

banner-2e-partie-douleurs-de-croiss

Et pour les douleurs de croissance classiques ?

Des chercheurs belgo-brésiliens ont démontré que les douleurs de croissance sont un problème uniquement musculaire et ont mis au point un traitement naturel qui élimine les douleurs de croissance dès le premier jour.

eureka-douleurs-de-croissance

 

banner-en-savoir-plus-sur-ce-tr-1